Fiction adulte

Idaho – Emily Ruskovich

ob_04570e_idaho

Années 2000, Ann, professeur de piano, assiste impuissante à la démence précoce de Wade, l’homme qu’elle aime. A mesure que la mémoire de Wade s’étiole et que de brusques accès de violences le possèdent, Ann retourne sur le passé de son compagnon et chercher à comprendre la tragédie survenue une dizaine d’années plus tôt. En effet, par une chaude journée de juin, Jenny, la première épouse de Wade, a tué leur fille cadette d’un coup de hache. June, leur fille aînée, s’est enfuie et n’a jamais été retrouvée…

 L’avis de Céline :

Les premières pages de ce roman m’ont comme envoûtée. L’écriture d’une sensualité troublante m’a tout de suite transportée près des personnages, il me semblait sentir Wade, voir ses mains rugueuses tailler des couteaux, entendre le son du piano d’Ann, respirer le parfum un peu aigre de June à l’orée de l’adolescence. La tension et l’envie de comprendre m’ont tenue en haleine toute la première partie de livre, j’espérais tant, à l’instar d’Ann, mettre des mots sur cette infanticide, l’expliquer et surtout connaître le sort réservée à cette pauvre June. Mais l’auteure nous balade d’une époque à l’autre, et les scènes s’enchaînent des années 70 aux années 2020, sans que le récit n’avance réellement. A force de disséminer des indices, j’ai fini par me faire une petite idée du pourquoi, mais ce début d’explication me semble bien faible pour justifier un tel geste, et j’ai refermée le livre particulièrement frustrée. Je sors donc de cette lecture un peu sceptique, un peu agacée, un peu hypnotisée. Peut-être que cette incertitude permanente m’a tant gênée car elle réveille une angoisse plus profonde, celle de l’absurdité de la violence.

L’avis de Christelle :

« Idaho », malgré son sujet qui avait tout pour m’effrayer, m’a conquise dès ses premières pages, et m’a captivée jusqu’au bout. Il est difficile de vous parler de cette lecture car, au-delà de son sujet, c’est son écriture qui en fait un chef-d’oeuvre. Oui, un chef-d’oeuvre, et c’est pourtant un premier roman !

Le style d’Emily Ruskovitch est superbe : elle parvient à nous conter l’indicible sans détails, à naviguer entre les époques sans nous perdre. L’histoire est troublante et obsédante : j’y ai pensé de longues heures après avoir achevé ma lecture. Car il ne faudra pas espérer avoir toutes les réponses à la fin de l’histoire … l’auteur parsème des indices de vérité, mais rien ne sera expliqué clairement … on ne peut, à la fin, que supposer .. c’est évidement un peu frustrant, mais ajoute finalement du charme à la magie de ce roman.

« Idaho » est un grand roman, qui vous marque, vous trouble, vous empêche de dormir. Des passages magnifiques que l’on relit plusieurs fois. Des personnages envoûtants et mystérieux. Une véritable atmosphère, qui vous oppresse. Et, par-dessus tout, une écriture sublime, qui annonce un grand auteur américain.

Une magnifique découverte et un énorme coup de coeur !

Photo Céline ok

Photo Chris OK

 

Céline et Christelle

 

 

Idaho, Emily Ruskovich, Gallmeister, 2018, Fiction Adulte, lien opac, 8-3 RUSK 1522 I

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s